Dieu existe

Un professeur universitaire défia ses élèves avec cette question :

– Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ? ».

Un étudiant répondit bravement :

Oui, Il l’a fait !

Dieu a tout créé ? s’enquit le professeur.

 – Oui, Monsieur, répliqua l’étudiant.

Le professeur répondit :

Si Dieu a tout créé, Il a donc aussi créé le mal puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais.

L’étudiant fut silencieux devant une telle réponse. Le professeur était tout à fait heureux de lui-même et il se vantait devant les étudiants d’avoir su prouver encore une fois que la foi en un dieu était un mythe.

Un autre étudiant leva sa main et dit :

– Puis-je vous poser une question professeur ?

Bien sûr, répondit le professeur.

 L’étudiant répliqua :

Professeur, le froid existe-t-il ?

– Quel genre de question est-ce cela ? Bien sûr qu’il existe. Vous n’avez jamais eu froid ? dit le professeur.
Le jeune homme dit :

En fait monsieur, le froid n’existe pas. Selon la loi de physique, ce que nous considérons être le froid est en réalité l’absence de chaleur. Tout individu ou tout objet possède ou transmet de l’énergie. La chaleur est produite par un corps ou par une matière qui transmet de l’énergie. Le zéro absolu (-460°F) est l’absence totale de chaleur ; toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température. Le froid n’existe pas. Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons si nous n’avons aucune chaleur.

L’étudiant continua :

– Professeur, l’obscurité existe-t-elle ?

Le professeur répondit :

– Bien sûr qu’elle existe !

L’étudiant :

– Vous avez encore tort Monsieur, l’obscurité n’existe pas non plus.
L’obscurité est en réalité l’absence de lumière. Nous pouvons étudier la lumière, mais pas l’obscurité. En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour fragmenter la lumière blanche en plusieurs couleurs et étudier les diverses longueurs d’onde de chaque couleur.
Vous ne pouvez pas mesurer l’obscurité. Un simple rayon de lumière peut faire irruption dans un monde d’obscurité et l’illuminer. Comment pouvez-vous savoir l’espace qu’occupe l’obscurité ? Vous mesurez la quantité de lumière présente. N’est-ce pas vrai ? L’obscurité est un terme utilisé par l’homme pour décrire ce qui arrive quand il n’y a pas de lumière .

Finalement, le jeune homme demanda au professeur :

– Monsieur, le mal existe-t-il ?

Maintenant incertain, le professeur répondit :

Bien sûr, comme je l’ai déjà dit. Nous le voyons chaque jour. C’est dans les exemples quotidiens de l’inhumanité de l’homme envers l’homme. C’est dans la multitude des crimes et des violences partout dans le monde. Ces manifestations ne sont rien d’autre que du mal !

L’étudiant répondit :

– Le Mal n’existe pas Monsieur, ou au moins il n’existe pas de lui-même. Le Mal est simplement l’absence de foi en Dieu. Il est comme l’obscurité et le froid, un mot que l’homme a créé pour décrire l’absence de foi en Dieu. Dieu n’a pas créé le mal. Le Mal n’est pas comme la foi, ou l’AMOUR qui existe tout comme la LUMIÈRE et la chaleur. Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l’homme n’a pas l’AMOUR de Dieu dans son coeur. Il est comme le froid qui vient quand il n’y a aucune chaleur ou l’obscurité qui vient quand il n’y a aucune LUMIÈRE.

Le professeur s’assis, abasourdit d’une telle réponse. Le nom du jeune étudiant ?
Albert Einstein.

Note : 5 sur 5.

Apprends-moi à prier

Un homme vivait en ermite dans la montagne consacrant sa vie à la prière et au silence. Il reçut un matin la visite d’un jeune homme.

– « Cheikh » (ce qui veut dire en arabe celui qui sait, vieux ou sage), Cheikh, apprends-moi à prier.

L’ermite, qui était alors en méditation, ne leva même pas les yeux. Et le jeune homme repartit tristement.

Il revint le lendemain.

– Cheikh, apprends-moi à prier.

Mais sa demande n’obtint pas plus de réponse que la veille.

Cependant, il tenait à sa question et revint le troisième jour. L’ermite préparait alors son maigre repas : peut-être aurait-il plus de chance.

Cheikh, apprends-moi à prier .

Mais sa demande n’eut pas plus d’écho.

– Ma question est-elle donc sans intérêt que jamais tu ne l’entendes ?

Alors l’ermite leva les yeux. Son regard était plein de bonté… mais comme les autres jours il garda le silence.

Encouragé par ce regard, il revint le jour suivant, espérant enfin une réponse.

Cheikh, apprends-moi à prier.

Et devant le silence persistant de l’ermite, la colère l’envahit. Alors l’ermite enfin lui adressa la parole :

– Je n’ai pas répondu car je voulais savoir si ton désir était grand… Car ton désir est déjà une prière. Dieu n’attend rien d’autre, sinon que tu le cherches « 

Conte soufi (branche mystique de l’Islam)

Note : 5 sur 5.

Le jugement dernier

J’ai fait ce rêve :

Un homme se présentait au jugement du Seigneur :

– Voyez mon Dieu lui disait-il j’ai observé votre loi je n’ai rien fait de malhonnête, de méchant ou d’impie, seigneur mes mains sont pures.

– Sans doute sans doute lui répondez le bon Dieu mais elles sont vides. 

Raoul Follereau